parti radical

Jean Michel FAURE et Nathalie DELATTRE,à la manoeuvre dans le combat des Régionales

 

VAE VICTIS – REGIONALES 2015 

 

Treize nouvelles Grandes Régions font l'objet d'un nouveau vote en 2015, prévu les 6 et 13 décembre. Le législateur a souhaité conforter la stabilité des exécutifs régionaux en faisant la part belle aux vainqueurs dans la répartition des sièges tout en permettant la représentation des listes minoritaires dans l'Assemblée. La prime à la victoire c'est un gain net de 25% des sièges.

Qu'en est-il pour l'Aquitaine-Limousin –Poitou Charente ?

Notre Grande Région compte 12 départements et devra élire 183 Conseillers Régionaux à parité Homme/Femme.

C'est la population qui permet de déterminer le nombre de Conseillers par département ; pour  notre département de la Dordogne, il s'agit de  15 Conseillers.

Si au 1er tour aucune liste n'a obtenu la majorité absolue, un 2ème tour confronte les listes ou regroupement de listes restant en course. Pour concourir toute liste doit avoir obtenu, au 1er tour,  au moins 10% des votes exprimés, pour se rallier, toute liste doit en avoir obtenu au moins 5%.

Le vote terminé,  l'élaboration des résultats s'effectue en 2 étapes : une première pour connaitre le nombre d'élus d'une liste ; une seconde pour en connaitre l'identité.

Première étape : la répartition des sièges. Tous les résultats par listes obtenus dans chaque département sont cumulés à la Région. La liste arrivée en tête gagne 46 sièges (prime à la victoire), soit 25% de 183 sièges ; Les 75 % des sièges restants sont répartis à la proportionnelle entre toutes les listes restées en course au 2ème tour, soit 137 sièges.

Le mode de répartition est dit « à la plus forte moyenne «.

Si l'on devait pressentir une VICTOIRE de notre liste d'union UMP/UDI/MODEM selon le schéma (42/40/18 – DROITE/GAUCHE/FRONT NATIONAL), nous aurions 42% des 137 sièges, soit 57, à rajouter aux 46 acquis. Total 103 sièges.

Deuxième étape : comment vont se répartir ces 103 sièges dans chacun des 12 départements ?

C'est là que se joue le rôle réel du département qui doit rendre compte de son poids dans le résultat final de la Région. La répartition n'est pas strictement équivalente : il ne s'agit pas de mesurer dans chaque département le rapport de force entre les listes, sans quoi si nous obtenions 42 % des voix en Dordogne, nous aurions 42% des 15 sièges ; Non

Cette 2ème étape est sans doute un peu plus difficile à appréhender. Il s'agit de considérer le résultat de notre liste, en voix, et de calculer le poids de ce score dans le résultat gagnant de la Région.

Je me suis amusé à recomposer le paysage électoral de notre Grande Région en cumulant les populations, le nombre d'inscrits et les votes exprimés en tenant compte d'une abstention de l'ordre de 40% : l'union des droites en Région oscillerait entre 850 et 900 000 voix, alors que la Dordogne n'a jamais fait mieux que 65 à 70 000 voix ;ce qui correspond pour nous à un calcul simple de 103*(67/880) soit 7 ou 8 élu(e)s. Cas le plus favorable. Gauche : 4- FN : 3

 

Si l'on devait pressentir une DEFAITE de notre liste d'union UMP/UDI/MODEM selon le schéma inverse (40/42/18) – DROITE/GAUCHE/FRONT NATIONAL) nous n'aurions plus nos 46 sièges de vainqueur et le calcul se ferait sur 40% des 137, soit 55 sièges .La répartition de ces 55 sièges  s'opèrerait de la même façon que précédemment soit 55*(65/840) soit au mieux 4 élu(e)s. GAUCHE : 8 - FN : 3

 

VAE VICTIS : MALHEUR AUX VAINCUS

 

Jacques MORAND – UDI 24